Informatique

En rapport direct avec les périphériques informatiques, etc...

Fil des billets - Fil des commentaires

Dimanche, décembre 13 2009

PowerMacMini (2ème partie)

Mon projet commençait à prendre tournure, j’avais un Mac Mini qui démarrait sur un disque 3″1/2, l’alimentation ATX couplée au démarrage du Mac Mini, mais je butais encore sur l’ajout de disques à la machine car la solution de passer en Firewire ne me plaisait pas du tout.

C’est à ce moment la que j’ai constaté que la carte Wifi, que j’ai dégagée car inutile dans mon projet, est connectée sur un port miniPCI-Express! Je me suis donc dit qu’il y avait une piste à creuser pour pouvoir connecter mes disques en SATA.

Après des recherches acharnées, sur les specs de ce port en vue de le détourner en ExpressCard ou autre, j’ai trouvé mon bonheur, dans cet adaptateur miniPCI-Express -> PCI-Express 1X !

En attendant de trouver un distributeur pour mon précieux adaptateur, je me suis attaqué à la connexion du front panel pour connecter la LED, le bouton power et le haut parleur. Après quelques tests, j’ai identifié mon bonheur dans les broches du connecteur, quelques soudures plus tard, le Mac Mini était un peu plus lié au boitier du PowerMac.

C'est quoi ces fils ?

C'est quoi ces fils ?

Maintenant que j’avais un vrai port PCI-Express, il ne me restait plus qu’à y brancher une carte RAID. J’ai choisi un modèle Sil 3132, c’est un modèle basique, mais reconnu par MacOS et avec un gestionnaire de volumes. Son seul défaut est qu’elle n’est pas bootable, mais je n’ai pas trouvé de modèle qui le permette à coup sur, même avec des cartes beaucoup plus chères. L’autre avantage de cette carte c’est qu’elle supporte les multiplicateurs de ports.

La carte RAID et le multiplicateur de ports SATA

La carte RAID et le multiplicateur de ports SATA

J’ai ensuite attaqué la découpe du boitier pour laisser sortir les connecteurs du Mac Mini et installé le Mac Mini sur une plaque d’alu que j’ai percée aux points de fixation de la carte mère d’origine.

Le Mac Mini sur sa plaque de fixation

Le Mac Mini sur sa plaque de fixation

Une fois placé dans le boitier

Une fois placé dans le boitier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Initialement j’avais prévu de mettre 6 disques dans des paniers double au fond du boitier, seulement ce n’était pas prévu pour en mettre autant et les vis de fixations empêchaient d’insérer tous les paniers. Je me suis donc limité à 5 disques. Il y a bien un sixième disque pour le système qui est installé plus haut à la place du lecteur Zip.

Les disques au fond du boitier

Les disques au fond du boitier

Maintenant que j’avais des disques connectés, je pouvais tester le tout ensemble, et forcément avec 6 disques durs, ça fait un paquet de câbles qui passent par la.

Mmmh des spaghettis !

Mmmh des spaghettis !

Une fois tout rangé, il reste encore des câbles (comment faire autrement), mais c’est déjà plus acceptable. On remarque d’ailleurs la nappe IDE du lecteur optique qui attend d’être raccordée.

Tout est en ordre

Tout est en ordre

Le projet touchant à sa fin, il me restait plus que quelques détails comme la connexion du lecteur optique.

Ne pouvant booter sur la carte RAID, il fallait que je déroute le connecteur du lecteur d’origine. Seulement ce n’est pas si simple, j’ai bien récupéré un adaptateur pour pouvoir connecter un disque dur 2″1/2 en lieu et place du lecteur optique, mais l’adaptateur IDE 44 broches (disque 2″1/2) vers IDE 40 broches (standard, pour connecter un vrai lecteur de DVD) n’existe pas dans le commerce. J’ai commencé à bricoler des adaptateurs, trouvé un forum ou un membre proposait de le fabriquer, mais tout ça était compliqué, j’ai donc jeté l’éponge, car je n’ai pas vraiment besoin de lecteur optique après l’installation (que j’ai faite depuis un lecteur en Firewire).

Les dernières évolutions qu’à subit cette machine ont été sur l’alimentation. En effet, de part sa position, une alimentation ATX dans ce boitier se ventile mal. Donc, surtout avec 6 disques durs dans un si petit espace, elle fait du bruit. J’ai donc décidé de forcer la circulation d’air en remplaçant le ventilateur d’origine par un modèle plus efficace et en en installant un deuxième en push-pull.

Le nouveau ventilateur et l'ancien

Le nouveau ventilateur et l'ancien

Les deux ventilateurs en place

Les deux ventilateurs en place

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cela fait maintenant deux ans que le projet a été lancé, et un an et demi que le PowerMacMini fonctionne 24h/24 sous MacOS X Leopard server sans rencontrer de problème.

Le PowerMacMini

Le PowerMacMini

Certes il est plus bruyant que je ne l’aurait souhaité, mais avec tous ces disques, il n’y a pas de miracles, et c’est très supportable (le PC de ma copine est plus bruyant et c’est rien comparé au PowerMac G4 d’origine).

D’un point de vu coût de fabrication, j’en ai eut pour environ 1400€ avec que des pièces neuves à part le boitier et quelques câbles. Cela nous laisse bien en dessous d’un Mac Pro ou d’un Xserve.

Les caractéristiques de la machine sont les suivantes :

- MacMini 2,1

- Core2Duo 1.83Ghz

- 2Go de RAM

- 5×500Go (répartis en 2×500Go en RAID 1 pour les data + 3×500Go en RAID5 pour les backup)

- 200Go (système)

- Adaptateur MiniPCI-Express vers PCI-Express 1X : Adexelec PEMINI2X1-F

- Carte RAID Sil3132

- Multiplicateur de ports SATA  Addonix

Vous pouvez retrouver tous les détails de ce projet sur le site : PowerMacMini.

Share/Bookmark

PowerMacMini (1ère partie)

Fort de mes précédents bricolage sur divers ordinateurs, j’ai décidé de pousser la difficulté un cran au dessus.
Je me suis donc lancé dans la réalisation d’un serveur de fichiers sur une base de Mac Mini.
Pour une question de place, j’ai installé le tout dans une tour de PowerMac G4 (oui, je suis monomaniaque).

Jusque là, vous allez me dire : »mouais, tranquille le projet », et c’est la que ça devient rigolo, car mettre un Mac Mini dans un grand boitier : aucun challenge. Alors j’ai décidé d’étudier les pistes pour en faire un vrai serveur, c’est à dire plusieurs disques en RAID matériel si possible.

Mais tout ça, ça demande des grosses modifications.

J’ai donc commencé par tout vider (boitier, lecteur optique, disque 2″1/2, carte wifi/bluetooth, antennes, …) pour ne garder que l’essentiel.

On ne garde que l'essentiel

On ne garde que l'essentiel

J’ai ensuite bricolé un câble SATA pour pouvoir brancher un disque dur 3″1/2 (alimenté par une alim ATX) à la place de celui d’origine.

Cable SATA

Cable SATA

Innocemment, j’espérais que j’allais pouvoir mettre un multiplicateur de ports SATA, pour pouvoir connecter plusieurs disques directement.

Multiplicateur de ports SATA

Multiplicateur de ports SATA

Comme vous vous en doutez, j’avais tort et ce fut un grand moment de désespoir. Bien sur, il était toujours envisageable de booter sur le disque SATA et de mettre des ponts Firewire pour connecter les autres disques, mais les performances s’en ressentiraient et je trouvais pas ça élégant comme solution. Bref c’était ma roue de secours.

Je me suis alors concentré sur le reste du projet, coupler l’alim ATX avec le démarrage du Mac Mini et de rediriger le front panel vers les boutons correspondants sur le Mac Mini.

Pour l’alim, j’avais trouvé sur un blog, un plan de mini circuit qui permet de démarrer l’alim ATX en lui envoyant le bon signal sur les fils concernés à partir d’une source 5V.

Schema de couplage ATX

Schema de couplage ATX

Une fois le circuit assemblé, j’ai cherché ou récupérer du 5V, et la seule solution a été de le prendre sur la fiche d’alimentation du disque SATA.

Le circuit monté

Le circuit monté

Je pique le 5V sur le connecteur SATA

Je pique le 5V sur le connecteur SATA

 

 

 

 

 

 

 

Et je teste le tout avec succès.

Le couplage de l'alim ATX marche !

Le couplage de l'alim ATX marche !

A ce stade, il me reste encore à faire du ménage dans l’alim pour ne garder que les câbles nécessaires et y intégrer le circuit de couplage. Je vous passe les détails.

J’ai bien envisagé 2min de supprimer la brique d’alimentation du Mac Mini pour ne passer que par l’alim ATX, mais c’était trop complexe à mettre en œuvre, j’ai donc renoncé.

(à suivre…)

Share/Bookmark

Vendredi, décembre 11 2009

Un PC dans mon Mac

Il y a quelques temps, j’avais récupéré un boîtier de PowerMac G4 HS.

Trouvant ce boîtier particulièrement esthétique, je ne pouvais me résigner à le jeter, j’ai donc décidé de le recycler en y hébergeant un PC à l’intérieur.

Même si de prime abord, on pourrait penser que c’est facile, il n’y a qu’à réussir à fixer la carte mère, la réalité est toute autre.

En effet, la disposition des composants sur une carte mère de PC et sur celle du PowerMac est radicalement différente. J’ai donc du procéder à des modifications internes que certains qualifieraient de violentent.

Outre les modification inhérentes à l’installation de la carte mère, voici une petite liste des modifications que j’y ai apportées :

- découpe du support du CD-ROM pour ne pas gêner les barrettes de RAM

Support CD-ROM

Support CD-ROM

- suppression du connecteur ATX et soudure directe du faisceau de câble sur la carte mère

Connexion ATX

Connexion ATX

- installation d’un kit water-cooling car impossible de trouver un ventilrad suffisamment fin pour fermer le boîtier.

Le waterbloc

Le waterbloc

Le radiateur

Le radiateur

 

 

 

 

 

 

- Recâblage du front-panel pour retrouver un bouton Power et une LED opérationnels

Front panel modifié

Front panel modifié

Mais le résultat donne un PC avec un chouette design.

Ceci est un PC ;-)

Ceci est un PC ;-)

Bon, en fait, tout n’est pas si rose, car le PC était vraiment un modèle d’entrée de gamme aux performances limitées, le kit water cooling consommait beaucoup d’eau (c’est un constat qui a été fait pas d’autres utilisateurs aussi), m’obligeant à refaire les niveaux régulièrement, et dès que je le déplaçait, j’avais peur de grille la carte mère à cause de mon non-connecteur d’alim.

Mais je me suis bien amusé à bricoler ça, je me suis fait insulter par des intégristes pro-Mac car c’est un sacrilège de mettre un PC dans un Mac, mais je m’en fout, j’ai donné une seconde vie à ce superbe boîtier.

Share/Bookmark

Deux PC, un boitier

J’inaugure ce blog avec cette modification que j’ai faite il y a quelques années.

J’avais dans mon salon, deux PC : mon firewall (Pentium 100 sous OpenBSD) et mon serveur web (bi-Pentium 166MMX sous Debian).

Le serveur web était dans une vieille maxi tour, qui avait largement la place d’héberger les deux cartes mère, il ne me restait plus qu’à pousser tout cela pour que ça rentre.

Le boitier initial

Le boitier initial

Après avoir tout démonté, découpé le support 5″1/4 et positionné (à grand coups de rivets) le deuxième support de carte mère avec les emplacements pour les cartes PCI.

Il reste encore à faire les découpes pour installer les alimentations.

L'intérieur de la bête avant de tout rhabiller

L'intérieur de la bête avant de tout rhabiller

Justement, une photo après la découpe pour la première alimentation

après avoir libéré la place pour la première alimentation

après avoir libéré la place pour la première alimentation

Je n’avais pas la place d’installer correctement la deuxième, alimentation, donc elle est fixée au fond du boîtier, et reliée au secteur par une rallonge.

Voici le résultat avec les deux cartes mères.

on touche au but

on touche au but

Malheureusement, je n’avais pas calculé que la distance entre l’alim du haut et sa carte mère allait être trop grande, j’ai donc improvisé une rallonge pour arriver à raccorder le PC sur haut.

gros plan sur la rallonge AT

gros plan sur la rallonge AT

Une fois les trous faits pour le démarrage du deuxième PC et tout remis en place, voici le résultat :

Le résultat final

Le résultat final

Autant si la facade avant cache bien son jeu, l’arrière montre clairement qu’il y a du monde à l’intérieur, mais globalement, c’est pas pire.

Des câbles comme s'il en pleuvait

Des câbles comme s'il en pleuvait

Share/Bookmark